Covid-19: informations relatives à la situation sur le marché suisse de la viande

Les effets de la crise du coronavirus sont considérables, et impactent tout aussi fortement l’ensemble des partenaires du marché de la filière viande.

01 mai 2020

Les mesures montrent des effets et avec la réouverture imminente du secteur gastronomique, le marché de la viande poursuit sa stabilisation

La filière viande constate avec satisfaction que les mesures prises se sont avérées efficaces. Contrairement à d’autres pays, elle est parvenue, avec un crédit d’urgence de la Confédération, à ce que le marché de la viande se stabilise à nouveau. Sans causer d’effondrement des prix à la production ni de difficultés d’approvisionnement dans le commerce de détail.

La situation du gros bétail continuera de s’améliorer si les marchés publics du bétail de boucherie peuvent reprendre à partir du 11 mai 2020, certes dans des conditions de protection strictes. La CI Marchés publics a élaboré avec Proviande un concept de protection, les organisateurs des différents marchés étant responsables du respect des dispositions de protection. Seuls des animaux bons pour la boucherie pourront donc être commercialisés à nouveau par ce canal.

Il est impérativement nécessaire que l’offre en vaches et en animaux d’étal, notamment, augmente à nouveau. Les transformateurs signalent des besoins si importants que le Conseil d’administration de Proviande a déjà pu décider le 1er mai 2020 le déstockage de la viande de bœuf congelée. La demande augmentera à nouveau lorsque les restaurants pourront rouvrir leurs portes. Il ne faut donc plus retenir dans les stabulations les animaux bons pour la boucherie.

Le marché a encore besoin d’allègement uniquement pour les veaux et les cabris. La viande de ces animaux pourra continuer d’être congelée avec une aide financière.

 

20 avril 2020

Stabilisation du marché de la viande


Mis à part le marché de la viande de veau, le marché de la viande a pu de nouveau se stabiliser la semaine dernière.

Les mesures d’allégement du marché du gros bétail semblent montrer des effets, si bien qu’on observe à nouveau une légère hausse de la demande en vaches de réforme. Chez les veaux, la situation est toujours tendue, si bien qu’une nouvelle correction des prix a dû être apportée. Il est encore nécessaire d’intervenir sur le marché des veaux. La situation pour les fournisseurs du secteur de la gastronomie reste inchangée. La suite va dépendre de la date de réouverture des restaurants.


Les marchés du bétail de boucherie sont encore interdits, mais dans l’optique actuelle, ils devraient pouvoir être de nouveau organisés à partir du 11 mai, avec les marchés hebdomadaires. La condition préalable est un concept d’hygiène, dont la validation incombe à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

Dans les secteurs de la transformation de viande et du commerce de détail, on travaille d’arrache-pied pour approvisionner la population. Une autorisation globale de prolongation de la durée maximum de la semaine de travail pour les membres de l’UPSV a été adoptée le 17.04.2020. Cela montre l’importance du rôle d’une filière viande qui fonctionne pour l’approvisionnement de la population et exprime une certaine estime à son endroit.

Autorisation globale de prolongation de la durée maximum de la semaine de travail (conformément à l’art. 9, al. 4 LTr) (PDF, 237 ko, 17.04.2020). Afin de lutter contre l’augmentation du volume de travail en raison de la pandémie de COVID-19, la durée maximum de la semaine de travail dans les entreprises concernées est prolongée de 4 heures jusqu’au 30 juin 2020.

 

3 avril 2020

Mesures de stabilisation du marché de la viande

Afin de prévenir au maximum un effondrement des prix sur les marchés avec des conséquences pour l’ensemble de la chaîne de création de plus-value, la Confédération aide la filière viande à alléger le marché, notamment avec un crédit supplémentaire de plus de 3 millions de francs pour les campagnes de stockage de viande. Le Conseil d’administration de Proviande a décidé de mesures d’allégement du marché de la viande pour la viande de chèvre et des morceaux de veau et de bœuf, dont la demande est extrêmement faible depuis la fermeture du marché d’écoulement que représente le secteur gastronomique.

Plus la Suisse restera longtemps dans cette situation exceptionnelle, plus il sera important de stabiliser les marchés. Des baisses de la demande sont observées sur le marché de la viande, notamment suite à la fermeture du secteur gastronomique. Le Conseil fédéral a par conséquent discuté en procédure d’urgence de la manière dont la Confédération peut soutenir la filière viande. Le 1er avril 2020, le Conseil fédéral a décidé, dans le cadre de l’Ordonnance Covid-19 agriculture (O-Covid-Agr), diverses mesures visant à atténuer les conséquences économiques dans le secteur agricole (voir CF - coronavirus: Atténuation des conséquences économiques dans le secteur agricole).

Le 25 mars 2020 déjà, les périodes d’importation en cours pour les viandes de bœuf, d’agneau, de cheval et de volaille avaient été prolongées. Par décision du 3 avril 2020, la période d'importation pour la viande de bœuf a été prolongée de quatre semaines supplémentaires jusqu'au 6 juin 2020. Ainsi, des dommages financiers aux importateurs qui renoncent volontairement à des importations déjà achetées aux enchères peuvent être évités. De plus, ceux-ci se verront octroyer des délais de paiement prolongés pour les prix d’adjudication des parts du contingent achetées aux enchères. Un arrêt des importations décidé par droit d’urgence pour ces périodes n’est ni possible, ni judicieux. Les possibilités d’importation visant à assurer l’approvisionnement de la population doivent être garanties. Pour pouvoir réagir rapidement en cas de pénuries dans l’approvisionnement de la population, les possibilités d’importation sont rendues encore plus flexibles. Ainsi, de secondes quantités d’importation peuvent désormais être définies par l’O-Covid-Agr également pour les viandes de bœuf et de porc, et les périodes d’importation peuvent se chevaucher pour toutes les catégories de viande jusqu’à nouvel ordre.

Pour les mesures d’allégement du marché visant à stabiliser le marché de la viande, la Confédération ajoute 3 millions de francs aux 3,1 millions d’aides Économie animale ordinaires. Il s’agit en priorité de stabiliser le marché là où l’écoulement pour le secteur gastronomique est interrompu. La viande de veau, les morceaux nobles du bœuf ainsi que la viande de chèvre, notamment, sont vendus en grande partie via les restaurants. Une modification à court terme de la production agricole n’est pas possible, si bien qu’un allégement du marché est indiqué.

Dans le cadre de l’O-Covid-Agr, l’Ordonnance sur le bétail de boucherie a été modifiée et stipule aujourd’hui qu’il est désormais possible de financer également la congélation facultative de viande de chèvre au moyen de contributions (modification de l’art. 13, al. 1 de l’OBB).

Lors de sa séance ordinaire du 3 avril 2020 organisée par vidéoconférence, le Conseil d’administration de Proviande a décidé d’utiliser les moyens financiers disponibles de 3,9 millions de francs (2,2 millions ont déjà été revendiqués pour le stockage de viande de veau décidé à partir du 11 mars 2020) d’une manière la plus efficiente et prudente possible, et de statuer à nouveau, en fonction de l’évolution du marché, sur l’utilisation des fonds qui seront alors encore disponibles.

Les mesures d’allégement du marché suivantes ont été décidées:

  • La mise en stock de viande de chèvre de l’animal entier (150'000 francs)
  • La mise en stock de viande de veau (1,55 millions de francs supplémentaires)
  • La mise en stock respectivement la salaison de quartiers de derrière de gros bétail (2,2 millions de francs)

Les dispositions détaillées des mesures d'allégement du marché décidées sont disponibles sur www.proviande.ch/donnees-du-marche.

 

25 mars 2020

Situation actuelle sur le marché de la viande

Les effets de la crise du coronavirus sont considérables, et impactent tout aussi fortement l’ensemble des partenaires du marché de la filière viande. Le Conseil d’administration de Proviande a pris différentes mesures afin de maintenir la stabilité du marché de la viande et de garantir l’approvisionnement de la population en viande issue de la production suisse. Les producteurs sont appelés à faire preuve de modération concernant l’offre, les transformateurs et le commerce sont appelés à suspendre les importations pendant les prochaines semaines, et Proviande demande au Conseil fédéral de soutenir des mesures d’allégement du marché pendant cette situation de marché extraordinaire.

 

23 mars 2020

 

Évaluation de la situation de la filière

Une grande incertitude règne actuellement et il n’existe (encore) aucune perspective uniforme. Les estimations concernant l’évolution du marché sont différentes en fonction du canal de vente vers lequel sont orientées les entreprises.

Informations des organes fédéraux

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV)

L’OSAV répond sur son site Web aux questions sur les conséquences de la situation extraordinaire liée au coronavirus pour le secteur vétérinaire.

Office fédéral de l’agriculture (OFAG)

La foire aux questions pour l’agriculture est disponible sur le site Web de l’OFAG.

La cellule de crise de l’OFAG établit régulièrement un rapport de situation.

Information de l’Union Suisse des Paysans (USP)

Une foire aux questions pour le secteur agricole est disponible sur le site Web https://www.sbv-usp.ch/fr/la-crise-du-coronavirus-questions-et-reponses-pour-le-secteur-agricole/.

Informations de l’Union Professionnelle Suisse de la Viande (UPSV)

L’UPSV attire l’attention sur le comportement à adopter avec le nouveau coronavirus: https://m.sff.ch/fr/actualites/message/2020-03-16-Verhaltensempfehlung.php?redirectResize=1